Notre programme

« Faire de la France le pays étalon du respect des individus et des animaux et de la liberté, sans excès d’angélisme. »

Une France de sagesse, réactive face aux fauteurs de troubles, fidèle à l’image de ses penseurs tels que :

  • Montesquieu dans sa vision de la politique, de son organisation sociale sur lesquelles les sociétés modernes s'appuient
  • de Voltaire qui occupe toujours une place particulière dans la mémoire collective des Français : progrès de l’humanité et de la civilisation sans tolérance
  • de Rousseau, dans l’esprit de ses travaux sur l'homme, de la société ainsi que sur l'éducation
  • de Diderot inventeur de la critique. Se rapprochant de la philosophie du Libéralisme qui affirme la liberté comme principe politique suprême ainsi que son corollaire de responsabilité individuelle, en revendiquant la limitation du pouvoir du souverain ( aujourd’hui l’Etat autocrate ).

Les modèles de ces pensées sont à adapter aux conditions de vies des Français dans leurs attentes humaines et sociétales du XXI° siècle.

C’est en direction d’une philosophie antispéciste que s’oriente celle du MHAN pour la placer au coeur des discussions européennes.

Création d’un ministère des droits humains

Le MHAN propose la création d’un ministère des droits humains prenant en charge les dossiers de maltraitance ( enfants, personnes âgées, personnes à mobilité réduite, exploitation de l’abus de faiblesse, usage de la drogue, délinquance... ) afin de fournir une information et des réponses permanentes et ciblées sur ces phénomènes.

A côté pilier intangible de sa politique, le MHAN propose la création d’un ministère de l’humanité prenant en charge les dossiers de la maltraitance humaine ( enfants, personnes âgées, personnes à mobilité réduite, exploitation de l’abus de faiblesse, usage de la drogue, délinquance... ) afin de fournir une information permanente et ciblée sur ces phénomènes.

Rôles :

  • Sensibiliser les enfants, dès l’école maternelle, aux valeurs humaines, au développement de leur sensibilité par une éducation portant sur le respect du vivant, à travers des leçons de morale préparant à l’acceptation de l’autre dans ses différences raciales, religieuses, philosophiques, ses choix de vies.
  • Fournir une information plus ciblée et constante sur l’usage de drogues pour lutter contre la délinquance des mineurs et notamment en matière de maltraitance et d’humiliation humaine en responsabilisant les parents par une information ciblée pour contrer une carence éducative défaillante.
  • Infléchir l’action des tribunaux pour qu’ils fournissent une réponse pénale rapide avec une une tolérance zéro envers les responsables de délits se rapportant à des faits de maltraitance humaine.
  • Créer des établissements d’éducation spécialisés à visage humain pour les mineurs dispensant des cours obligatoires à la sensibilisation, à l’humanisme pour une durée obligatoire de trois mois.
  • En cas de récidive, application de la suppression du versement des aides sociales.
  • Instaurer une peine de prison de perpétuité incompressible pour les crimes les plus graves.
  • Lutte contre le laxisme judiciaire par l’abrogation des lois pénales laxistes, le rétablissement des peines planchers et la suppression des remises de peine automatiques.
  • Rétablissement de l’expulsion automatique des criminels et des délinquants étrangers.
  • Prévoir la revaloriser de l’Allocation aux Adultes Handicapés (A.A.H.)
  • Donner davantage de moyens aux Maisons Départementales des Personnes Handicapées (M.D.P.H.)
  • Développer la prise en charge de l’autisme et des personnes en situation de handicap, de la maladie d’Alzheimer ainsi qu’aux familles plus touchées par cette maladie.
  • Faciliter l’accès à l’emploi des personnes en situation de handicap.

JUSTICE

Le MHAN propose :

  • Défense des droits fondamentaux de l’enfance et des personnes âgées.
  • Elargir le champ d’application de l’article 11 de la Constitution, afin de permettre la représentation de tous les Français grâce au scrutin proportionnel à toutes les élections.

PATRIOTISME

  • Défense des valeurs et les traditions de la civilisation française lorsqu’elles n’impliquent pas des messages ou des actes cruels envers les hommes ou les animaux.
  • Pavoiser en permanence les bâtiments publics du drapeau français.
  • Insister sur le rôle tenu par le général de Gaulle, ses officiers, ses soldats et les résistants au cours de la seconde guerre mondiale, dans l’enseignement de l’histoire de France.
  • Revaloriser les pensions des anciens combattants.
  • Lutter contre le communautarisme.
  • Défense de la langue française en abrogeant les dispositions de la loi Fioraso (restriction de l’enseignement en français dans les universités).
  • Réaffirmer le lien indissoluble entre la métropole et l’Outre-mer.
  • Mettre un coup d’arrêt à la politique de vente à l’étranger et au privé de palais et bâtiments nationaux.
  • Lancer un plan national de création des métiers de l’art et de pépinières d’artistes.
  • Renforcer les liens entre les peuples qui partagent la langue française
  • Créer une politique de développement avec les pays africains pour :
    • Aide au développement de l’école primaire
    • Aide à l’amélioration des systèmes agricoles
    • Proposer la mise en place de la participation dans l’entreprise
  • Arrêter l’explosion des normes administratives des agriculteurs et encourager l’installation des jeunes, (défiscalisations les trois premières années).
  • Interdire l’importation des produits agricoles et alimentaires qui ne respectent pas les normes de production françaises en matière de :
    • sécurité sanitaire
    • de bien-être animal
    • d’environnement.
  • Imposer sur les étiquettes alimentaires la traçabilité géographique et le lieu de transformation pour garantir transparence information claire au consommateur, soutenir les labels de qualité.
  • Rompre avec le modèle économique de la mondialisation sauvage des échanges et le dumping social, sanitaire et environnemental.
  • Produire et consommer au plus près et retraiter sur place.
  • Développement des filières françaises des énergies renouvelables (solaire, biogaz, bois...)
  • Interdire l’exploitation du gaz de schiste si son extraction cause des dégâts irréversibles à la planète.
  • Préservation de l’environnement et des espaces naturels protégés (littoral, montagne, etc.).
  • Veiller à la protection des libertés individuelles.
  • Réarmer les forces de l’ordre en personnels, en matériels (modernisation des équipements, des commissariats et des casernes, adaptation des armements aux nouvelles menaces), mais aussi moralement et juridiquement (notamment par la présomption de légitime défense).
  • Garantir le statut militaire des gendarmes.
  • Recentrer la police et la gendarmerie sur leur mission de sécurité publique en les libérant des tâches indues et administratives.
  • Mettre en place un plan de désarmement des banlieues et de reprise en main par l’État des zones de non-droit.
  • Cibler les chefs de bandes délinquantes et criminelles identifiées par le ministère de l’Intérieur. Instaurer en complément de la peine pénale l’injonction civile d’éloignement, afin d’empêcher leur reconstitution et agir sur le plan fiscal.
  • Rétablir des services de renseignement de terrain pour lutter contre les trafics criminels.
  • Fixer l’âge légal de la retraite à 60 ans avec 40 annuités de cotisations pour percevoir une retraite pleine.( à étudier)
  • Refonte du RSI.
  • Revalorisation du minimum vieillesse (ASPA).
  • Sécuriser l’épargne des Français en abrogeant la directive européenne sur l’Union bancaire et la disposition de la loi Sapin II (ponction ou gel de l’épargne bancaire et des contrats d’assurance-vie en cas de menace de crise bancaire).

PARLEMENT

  • Instituer la proportionnelle (intégrale) avec une prime majoritaire de 20 % des sièges pour la liste arrivée en tête et un seuil de 3 % des suffrages pour obtenir des élus.
  • Abaisser le nombre de députés à 200 et le nombre de sénateurs à 150
  • Renforcer les moyens humains et techniques des services de renseignement intérieurs et extérieurs.
  • Augmentation du budget de la Défense (1 % du PIB).
  • Assurer la permanence en mer de son groupe aéronaval (augmentation des effectifs avec 20000 militaires supplémentaires).
  • Augmentation de son format d’armée (avions, navires, blindés) modernisation de ses équipements.
  • Établir la liste de ces organisations.
  • Rétablissement de l’indignité nationale pour les individus coupables de crimes et délits liés au terrorisme.

ECONOMIE

Le MHAN propose :

  • Soutien financier et matériel aux entreprises françaises et notamment celles dédiées au marketing conversationnel.
  • Création d’une section spéciale au ministère du travail au regard des mutations économiques (anticipation des évolutions, des formes de travail liées aux nouvelles technologies ).
  • Promouvoir les secteurs stratégiques de la recherche par la formation aux métiers dédiés aux méthodes substitutives à l’expérimentation animale et de l’innovation.
  • Mise en application de la participation dans les entreprises
  • Valoriser et développer les métiers liés à l’écologie
  • Alléger la complexité administrative et fiscale des T.P.E.- P.M.E.
  • Revaloriser le travail manuel par l’établissement de filières professionnelles d’excellence.
  • Développer des lycées professionnels ou technologiques de la seconde chance pour les élèves sortis du système scolaire sans diplôme.
  • Charger les établissements supérieurs d’enseignement professionnel de trouver une offre de stage à chaque étudiant.

LA PARTICIPATION DANS L'ENTREPRISE

Elle permettrait à la France, mais aussi au continent africain et aux pays en voie de développement si on les y invitait, à résoudre un bon nombre de problèmes économiques.

Le retour sur cette position exclue les réactions utopistes ou paternalistes.

La nature même de la politique d’aujourd’hui, où nous sommes passés du stade vertical à un stade horizontal depuis l’ubérisation, notamment, nous fait revoir le principe de l'actionnariat salarié avec un nouvel intérêt.

Nous sommes dans un climat économique et social difficile.

Le MHAN pense qu’à l’instar des grands économistes qu’ont été René Capitant, Marcel Loichot et Louis Vallon, l'association entre capital et travail permettrait de réconcilier l'économique et le social.

Autrement dit : transformer le salarié en associé.

Obtenir, le progrès dans la productivité par la coopération active du personnel pour que tout un chacun y trouve son intérêt sur le plan humain, social, et économique. Ce moyen permettrait de donner un nouveau moteur à la croissance, en permettant à tous de bénéficier des fruits de l'expansion.

La participation dans l’entreprise ferait du salarié un associé. Dans cette optique, elle prendrait une triple forme : 

- la participation aux résultats de l'entreprise 

- la participation au capital de l'entreprise 

- la participation à la gestion de l'entreprise.

Dès lors que des personnes s’associent pour participer à une oeuvre économique commune en apportant soit les capitaux, soit la capacité de direction, de gestion et de technique, soit le travail, il s'agit que tous forment une société, où tous aient intérêt à son rendement et à son bon fonctionnement, et un intérêt direct.

Aujourd’hui, en France, nous sommes en capacité de comprendre qu’il faut en finir avec le modèle incohérent du salaire calculé au minimum, qui appelle un effort minimum et donc produit collectivement un résultat minimum.

La rénovation économique passe, corrélativement, par la promotion ouvrière dans l'Association où chefs, cadres, ouvriers, fixeraient, ensemble, entre égaux, dans un arbitrage organisé, leurs conditions de travail et leurs rémunérations.

Ce système repose sur une autre psychologie du travail que celle de l'exploitation des uns par les autres. Il se fait jour, nous pouvons renforcer cet événement par un système social qui relègue le travailleur au rang d'instrument en contradiction avec l'esprit d'une saine productivité.

SANTE

  • Reconsidérer les médecines dites naturelles comme l’homéopathie et le remboursement à 100% de ses médicaments. Réintroduire les souches naturelles abusivement supprimées au nom du principe de précaution.
  • Laisser à tout un chacun la liberté de se faire vacciner.
  • Lutter contre les déserts médicaux en permettant aux médecins retraités d’y exercer avec des déductions de charges.
  • Maintenir des hôpitaux de proximité et augmenter les effectifs de la fonction publique hospitalière
  • Lutter contre la fraude par la création d’une carte Vitale biométrique fusionnée avec le titre d’identité
  • Participation à la lutte contre les méfaits de l’amiante.
  • Notre vision de l’Europe et notre axe de travail : la participation dans l’entreprise.

L’AIDE AUX PERSONNES AGEES OU DEMUNIES

  • Promotion de la solidarité entre les générations dans la perspective de la défense de la retraite.
  • Développement de l’accueil des animaux de compagnie dans les maisons de retraite pour ne pas priver les personnes âgées d’une relation affective qui leur est souvent indispensable et planification d’aménagements et d’implantations nouvelles permettant cet accueil.
  • Développement des services de proximité permettant notamment le maintien des personnes âgées dans leur domicile, leur évitant ainsi la séparation d’avec leur animal familier.
  • Extension des dispensaires pour animaux, en coopération avec les vétérinaires locaux, pour permettre aux chômeurs, SDF et personnes démunies de faire soigner leur animal gratuitement ou à moindre coût.
  • Dispositions permettant aux SDF d’être hébergés sans devoir se séparer de leur animal de compagnie au sein même des centres d’accueil ou à proximité.

LA COHABITATION URBAINE

  • Multiplication des structures urbaines pour l’intégration harmonieuse des animaux dans la ville et ouverture d’espaces réservés dans les jardins ou parcs publics pour la libre circulation des animaux ( comme à RENNES, par exemple ).
  • Développement de campagnes massives de stérilisation des chats « libres » soutenues par l’Etat qui inciterait les maires à l’application stricte de l’article 213-6 du 6 janvier 1999 du Code Rural leur conférant conjointement avec les associations de protection animale la responsabilité de faire procéder à la stérilisation et au relâcher de ces animaux sur les lieux de leur capture.
  • Action auprès des municipalités les incitant à mettre en place des campagnes de stérilisation des pigeons grâce à l’utilisation de techniques opératoires qui font déjà leurs preuves.
  • Création dans chaque canton de boxes d’accueil temporaire pour les animaux trouvés, comme il en existe déjà dans certaines communes et suppression des fourrières commerciales.
  • Assouplissement des règlements interdisant les animaux dans les transports en commun sur les plages, dans les hôtels, restaurants et campings.
  • Développement de pensions et garderies régulièrement contrôlées.

L'EDUCATION

  • Intégration dans les programmes scolaires de cours de sensibilisation destinés à éveiller chez les jeunes le respect de la vie, qu’il s’agisse de l’homme, de l’animal ou de la nature.
  • Mise en place d’initiatives permettant aux plus anciens de faire profiter de leur expérience les jeunes générations dans le but de les inciter au civisme et à l’esprit d’entreprise.
  • Développement des sanctuaires pour animaux réformés.
  • Mise en place des méthodes substitutives dans l’enseignement des sciences biologiques, pharmaceutiques, zoologiques, médicales et vétérinaires.
  • Légalisation d’une clause de conscience pour les étudiants refusant d’expérimenter sur l’animal vivant.

Création d’un ministère de la condition animale distinct du ministère de l’agriculture.

  • Le M.H.A.N. propose la création d’un ministère de la condition animale prenant en charge les dossiers touchant l’intégrité physique et morale de l’animal, et, notamment, propose de nouvelles prérogatives pour le ministère de l’écologie. Dans un premier temps : analyser le comportement de Nicolas Hulot dans le cadre de sa fonction ministérielle et intervenir sur les réseaux sociaux, positivement ou négativement, en fonction des dossiers traités. L’infléchir pour mettre en place un référendum d’initiative populaire pour faire interdire la corrida sur le sol français et les lieux dits : « écoles de tauromachie ».
  • des méthodes substitutives à l’expérimentation animale
  • Organisation d’un vaste référendum d’initiative populaire en vue de réviser la Constitution au motif de faire interdire les corridas sur le sol français y compris celles dites : « portugaises » sur le territoire français; fermeture définitive des organismes dits « écoles de tauromachie »
  • Interdiction sur le sol français de la vente d’animaux dans les animaleries
  • Interdiction de la présence d’animaux dans les cirques et zoos fermés.
  • Interdiction de l’importation et la vente de fourrures naturelles.
  • Interdiction des pratiques de gavages, de ventes de tous produits dérivés de ces méthodes
  • Surveillance renforcée des exploitations de production de volailles et animaux dits : « de consommation », de leurs transports, de leur abattage par les services vétérinaires. Ces derniers devront avoir un regard axé sur le confort de vie des animaux dans les élevages, leurs transports, leurs abattages. Ils auront autorité pour sanctionner immédiatement tout contrevenant, tout acte de maltraitance ou de mort injustifiée, des conditions sanitaires pouvant entrainer une épizootie. Ils pourront être secondés par des associations de protection animale reconnues compétentes dans ces domaines à partir de leur ancienneté et de leur expérience sur le sujet.
  • Refuser le modèle des fermes-usines, du type « ferme des 1000 vaches »
  • Interdire l’abattage sans étourdissement préalable dit « cacher » ou « halal »
  • Renforcement des lois de répression en matière d’abandons d’animaux sur la voie publique ou privée
  • Interdiction d’importation et de la vente d’animaux en provenance de pays étrangers
  • Stricte réglementation de la chasse, interdiction des chasses-à-courre, tenderies, lâchers de gibiers.
  • Sensibilisation des enfants, dès l’école maternelle, à l’esprit humaniste, au développement de la sensibilité envers les animaux par une éducation portant sur le respect du vivant.
  • Infléchir les tribunaux pour fournir une réponse pénale rapide par une tolérance zéro envers les responsables de délits concernant à des faits de maltraitance animale.

LES ANIMAUX DE COMPAGNIE

  • Création d’une fiche d’état civil ( commune à la CEE ) des animaux de compagnie avec tatouage obligatoire et déclaration de ces animaux dans les mairies.
  • Mise en place dans tous les départements d’un numéro vert « animaux perdus ou trouvés » relevant des charges de chaque Office Départemental de l’Action Animalière (taux de réussite 2001 dans les Alpes-Maritimes : 57% de chiens et 41% de chats retrouvés).
  • Développement des brigades cynophiles et extension de leurs pouvoirs, notamment en ce qui concerne le retrait d’animaux brutalisés.
  • Législation interdisant dans tous les cas à quiconque aura été condamné pour acte de cruauté envers un animal d’en posséder un autre.
  • Suppression du droit d’euthanasier un animal pour des raisons de simple convenance.
  • Interdiction de détenir certaines espèces non adaptées à la détention par des particuliers (primates, félins etc…).
  • Interdiction de l’importation d’animaux exotiques et condamnations dissuasives à l’égard des contrevenants.
  • Réduction drastique des importations d’animaux en provenance notamment des pays de l’Est, de Belgique et de Hollande (près de 100.000 chiots et chatons chaque année !) et répression sans faille des importations illégales.
  • Interdiction, tant au niveau national qu’à celui de l’Union Européenne, d’importer et de commercialiser la fourrure de chiens et de chats, comme d’ailleurs toute autre fourrure.
  • Contrôle et réglementation plus stricts des élevages et des magasins de vente d’animaux avec en particulier une procédure de suivi des animaux non vendus.
  • Création d’un certificat de capacité obligatoire pour tous les métiers concernant les animaux domestiques relevant non seulement d’une formation technique mais aussi d’une étude comportementale de l’animal mettant en valeur son intelligence et sa sensibilité.
  • Modernisation et humanisation des refuges grâce à un partenariat Etat – Communes – Associations.

LES ANIMAUX SAUVAGES

  • Strict respect du droit des propriétaires terriens non chasseurs d’interdire la pratique de la chasse sur leur terrain et condamnation des chasseurs contrevenants.
  • Contrôles alcootests inopinés pour limiter les accidents de chasse sur les promeneurs, les chiens et les autres chasseurs.
  • Application effective de la loi européenne protégeant les animaux migrateurs (chasse à la tourterelle dans le Médoc par exemple).
  • Interdiction des méthodes cruelles de chasse, notamment chasse à courre, piégeage, etc…
  • Arrêt de la chasse pendant les week-ends, jours fériés et jours de congés scolaires des enfants.
  • Diminution de la période d’ouverture de la chasse afin de permettre la reproduction de la faune, en la fixant du 30 septembre au 31 décembre.
  • Interdiction des chasses de nuit et des tirs en période de grand froid.
  • Suppression des lâchés d’animaux d’élevage pour la chasse.
  • L’interdiction de la commercialisation et la détention de NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie) dangereux.

LES ANIMAUX DANS LES SPECTACLES

  • Abrogation de tous les jeux et spectacles cruels (corridas, combats d’animaux, etc…) y compris lorsqu’une « tradition locale ininterrompue » est invoquée.
  • Interdiction à terme de toute exhibition d’animaux sauvages (cirques, ménageries, zoos) et, pour la période intermédiaire.
  • Renforcement de la législation sur les conditions de détention afin que celles-ci répondent aux besoins élémentaires de chaque espèce.
  • Attribution d’un statut privilégié aux cirques ne présentant pas des animaux.
  • Création de sanctuaires en vue de recueillir les animaux de cirque ou de ménagerie abandonnés ou soustraits à des conditions de vie inacceptables.
  • Tatouage obligatoire de tous les équidés.
  • Promulgation du droit à la retraite des chevaux de course et de centres équestres, ainsi que des lévriers.

L'EXPERIMENTATION ANIMALE

Notre objectif incontournable est la suppression définitive de l’expérimentation animale car en plus de la cruauté de cette pratique, il faut savoir qu’aucune espèce animale n’est le modèle d’une autre, chacune a son propre patrimoine génétique qui détermine ses propriétés biologiques et donc ses habitudes alimentaires, son rythme de vie ainsi l’absorption d’un produit chimique provoquera des réactions variables selon l’espèce. Par conséquent, les résultats obtenus lors de ces expériences ne sont absolument pas transposables aux humains.

A ce sujet, il convient de rappeler que si par obligation légale, tous les médicaments sont testés sur les animaux avant d’être autorisés à la vente, les effets secondaires de ces substances sont parmi les principales causes de mortalité dans les pays développés (20 000 décès en France, plus de 120 000 dans l’Union Européenne) et comment pourrait-il en être autrement si l’on se réfère aux quelques exemples suivants :

  • L’arsenic est plus toxique pour les humains que pour les moutons.
  • Le virus du sida inoculé chez le chimpanzé ne provoquera pas le développement de la maladie.
  • Le virus de l’hépatite B inoculé chez le chimpanzé n’aura qu’une incidence bénigne alors que chez l’homme, cela peut entraîner une cirrhose ou un cancer du foie.

D’ores et déjà, nous demandons :

  • L’abolition des tests sur animaux dans l’industrie des cosmétiques.
  • L’interdiction des tests expérimentaux dans l’armée et la levée du secret qui les entoure actuellement.
  • La validation des méthodes substitutives et de très larges subventions aux laboratoires travaillant sur ces méthodes pour rattraper le retard notoire de la France en ce domaine. Déjà, les tests effectués sur les cellules permettent de cibler et d’éliminer un grand nombre de substances chimiques toxiques et il convient de souligner que TOUS les types cellulaires de notre organisme peuvent être mis en culture.

Prenons un exemple :

Le cancer débutant par un dérèglement cellulaire, on constate tout l’intérêt qu’il y aurait à développer le financement de la recherche en biologie cellulaire et moléculaire humaine.

  • Le renforcement de la législation à l’encontre des trafiquants d’animaux pourvoyeurs de laboratoires.
  • Des contrôles et visites régulières des laboratoires par, d’une part des agents de la Direction des Services Vétérinaires, et d’autre part, par des agents assermentés de la Protection Animale.
  • La création d’une banque de données européenne permettant à tous les chercheurs d’avoir connaissance de tous les travaux déjà effectués et d’éviter toute répétition.
  • Le refus du projet de l’Union Européenne de re-tester en masse les produits chimiques sur les animaux mais un soutien au programme de toxicologie scientifique (utilisation de culture de cellules et technologie des puces à ADN) qui serait nettement plus fiable et moins coûteux.
  • La stricte application de la loi interdisant l’expérimentation animale dans tous les cas où existent des méthodes substitutives et obligation d’anesthésie préalable dans tous les cas d’expérimentation provisoirement en suspens.

LE MILIEU NATUREL

  • Nettoyage régulier et systématique des rivages et fonds sous- marins côtiers.
  • Abandon des méthodes de pêche non sélectives parce que filets dérivants et chaluts pélagiques appauvrissent les fonds marins, causent des ravages incommensurables chez les cétacés et ruinent la pêche artisanale.
  • Préservation du phytoplancton qui joue un rôle capital en transformant mers et océans en une immense source d’oxygène indispensable à la vie.
  • Mise en place rapide de la réglementation du Sanctuaire International pour la protection des cétacés en Méditerranée et inscription de celle-ci dans la convention de Barcelone.
  • Contrôle annuel des cargos et super tankers sur le modèle du bilan technique automobile obligatoire et application du principe pollueur-réparateur.
  • Renforcement des patrouilles de police maritime destinées à éviter les dégazages illicites.
  • Entretien des cours d’eau afin de limiter les désastres causés par les crues et les tempêtes.
  • Débroussaillage des forêts, surveillance accrue, renforcement de la prévention des incendies et sévères condamnations pour les pyromanes.
  • Développement de l’utilisation des énergies renouvelables (solaire, bois, éoliennes etc… ).
  • Investissement dans la recherche de nouvelles techniques de traitement des déchets afin d’éviter les usines d’incinération polluantes et les décharges sauvages.
  • Promotion du système rail-route pour l’acheminement des marchandises, seul capable d’apporter un gain de temps, une amélioration de la sécurité et une réduction de la pollution.
  • Lutte contre toutes formes de pollutions qui détruisent le patrimoine de l’humanité et nuisent à la santé des habitants.