Une autre Europe

Quelle Europe souhaite le MHAN pour demain ?

Les différents sondages montrent qu'une majorité de personnes ne veut pas sortir de l'Europe mais souhaite une "autre" Europe. Une Europe des Peuples, une Europe qui les protège et non les pouvoirs ou lobbys financiers.

Cette autre Europe est-elle possible sans une refondation totale de ses valeurs fondatrices ?

Ce qu'on reproche souvent à l'Europe est la perte de pans entiers de la souveraineté nationale des pays membres.

Ne serait-il pas judicieux d'envisager une "Europe des États" dans laquelle les États décideraient eux-mêmes quelles souverainetés elles sont prêtes à céder à la gestion de Bruxelles ?

Pour l'un qui préfèrera garder la mainmise sur sa politique d'emploi, un autre préfèrera garder la mainmise sur sa politique de formation et d'éducation. Et si tous les États veulent garder la maîtrise décisionnelle de toutes leurs prérogatives ?

Dans ce cas, l'Europe peut se construire sur certaines points-clés.

Par exemple, il est clair aujourd'hui que son harmonisation fiscale peut être un élément fondateur de cette nouvelle Europe des peuples.

En effet, si la fiscalité, toutes les fiscalités européennes étaient harmonisées, les entreprises n'auraient plus aucun intérêt à délocaliser à l'intérieur de l'Europe.

Un autre élément fondateur peut être la mise en place d'un Droit Européen du Travail (DET), qui définirait les mêmes règles et devoirs régissant les contrats de travail au niveau européen. Nous éviterons ainsi le dumping fiscal et social des entreprises.

Il y a encore sûrement d'autres éléments-clés à mettre en place et qui pourraient contribuer à faire une " autre Europe ! "

C’est pourquoi :

Sur le plan structurel, la C.E. ne doit pas être vue essentiellement comme un grand marché mais comme une aire de civilisation. Elle incarne des valeurs essentielles héritées de l’histoire des peuples qui la compose et de leur apport respectif à la culture, à la science, aux droits des individus, aux droits des animaux, à la protection de la planète et à la vie en société.

Par ailleurs, puisque la démocratie est une valeur essentielle au sein de C.E., elle doit s’inspirer beaucoup plus de cette valeur au regard des prérogatives que tendent à s’attribuer les oligarchies économiques et technocratiques.

Quant au plan de la civilisation, il faut mettre en oeuvre le référendum d’initiative populaire, à condition d’en assouplir les conditions, reste un recours direct aux volontés ou aux inspirations des peuples. Par ailleurs, la C.E. doit aussi ambitionner une authentique puissance lui permettant de jouer un rôle important dans le monde par rapport à l’univers des pays sous-développés ou en voie de développement, c’est-à-dire dans le cadre d’un monde multipolaire.