1. L’officialisation de la défense animale / 2. L’aide aux personnes âgées ou démunies / 3. La cohabitation urbaine

1. L’OFFICIALISATION DE LA DEFENSE ANIMALE

  • Instauration d’un véritable statut de l’animal.
  • Promulgation d’une Charte Universelle des droits de l’animal.
  • Création d’un Secrétariat d’Etat à la condition animale doté de réels pouvoirs d’intervention.
  • Installation de juridictions spécialisées dans les dossiers de maltraitance animale.
  • Mise en place d’un Office Départemental de l’Action Animalière dans chaque département (comme il en existe déjà dans les Alpes-Maritimes et le Var) permettant la coordination et la promotion du travail des associations de protection animale de tous horizons.

2. L’AIDE AUX PERSONNES AGEES OU DEMUNIES

  • Promotion de la solidarité entre les générations dans la perspective de la défense de la retraite.
  • Développement de l’accueil des animaux de compagnie dans les maisons de retraite pour ne pas priver les personnes âgées d’une relation affective qui leur est souvent indispensable et planification d’aménagements et d’implantations nouvelles permettant cet accueil.
  • Développement des services de proximité permettant notamment le maintien des personnes âgées dans leur domicile, leur évitant ainsi la séparation d’avec leur animal familier.
  • Extension des dispensaires pour animaux, en coopération avec les vétérinaires locaux, pour permettre aux chômeurs, SDF et personnes démunies de faire soigner leur animal gratuitement ou à moindre coût.
  • Dispositions permettant aux SDF d’être hébergés sans devoir se séparer de leur animal de compagnie au sein même des centres d’accueil ou à proximité.

3. LA COHABITATION URBAINE

  • Multiplication des structures urbaines pour l’intégration harmonieuse des animaux dans la ville et ouverture d’espaces réservés dans les jardins ou parcs publics pour la libre circulation des animaux ( comme à RENNES, par exemple ).
  • Développement de campagnes massives de stérilisation des chats « libres » soutenues par l’Etat qui inciterait les maires à l’application stricte de l’article 213-6 du 6 janvier 1999 du Code Rural leur conférant conjointement avec les associations de protection animale la responsabilité de faire procéder à la stérilisation et au relâcher de ces animaux sur les lieux de leur capture.
  • Action auprès des municipalités les incitant à mettre en place des campagnes de stérilisation des pigeons grâce à l’utilisation de techniques opératoires qui font déjà leurs preuves.
  • Création dans chaque canton de boxes d’accueil temporaire pour les animaux trouvés, comme il en existe déjà dans certaines communes et suppression des fourrières commerciales.
  • Assouplissement des règlements interdisant les animaux dans les transports en commun sur les plages, dans les hôtels, restaurants et campings.
  • Développement de pensions et garderies régulièrement contrôlées.

FERMER
CLOSE